His name is " I AM "
                Exodus 3:13-14
 
 
 

Dear brothers and sisters,

This site has been created in conjunction with our radio broadcasts that are available every Wednesday on Radio Ivyizigiro (Mhz 90.9 / Mhz104.8). The radio can be followed live on www.woi-ivyizigiro.org at 7:00 pm (Burundi) / 5:00 pm (GMT). Through this site we want our listeners to have access to additional teaching resources- audio as well as manuscript.

 

Bonjour frères et sœurs,

Ce site est crée suite à l’émission-radio qui passe tous les mercredis sur la radio Ivyizigiro (Mhz 90.9 / Mhz 104.8) à 18h55 afin de permettre aux auditeurs d’avoir accès à mes enseignements soit par des enseignements Audio ou des textes écrits.

 

 

 

 

 

 
 
 

Le sel de la prière (Sixième partie)


Verset du jour : Matthieu 5 :23-24 « Si donc tu présentes ton offrande à l'autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande »


Ce matin nous clôturons la méditation d’hier avant d’analyser le verset du jour. Hier on méditait sur le travail comme sel de la prière. Quand nous prions, nous permettons à Dieu d’agir puissamment conformément à notre demande. Il cherche toujours une semence à arroser pour finalement la multiplier. Prier pour trouver le travail est une très bonne chose mais il faut noter que souvent nous limitons la main de Dieu car Il aime agir à travers les hommes. Dieu trouve du plaisir à bénir un travail honnête et comme je l’ai dit au début de cet enseignement, la prière est comparable à la nourriture qui a besoin de sel avant d’être mangée.


Un autre élément essentiel pour rendre la prière efficace est la réconciliation. Dans le verset du jour, Jésus nous exhorte à nous réconcilier avant de continuer notre prière. Il nous parle de quelqu’un qui présente son offrande à l’autel c-à-d quelqu’un qui est en pleine prière et qui se souvient que son frère a quelque chose contre lui (il doit quelque chose à son frère). Il doit d’abord aller se réconcilier avec son frère avant de continuer sa prière. Jésus ne dit pas qu’il faut partir avec son offrande, mais qu’il faut laisser son offrande devant l’autel.

Si « prier » veut dire « se réconcilier » avec Dieu, la parole nous montre que si on veut réellement se réconcilier avec Dieu, on doit d’abord le faire avec nos frères. Jean écrit que celui qui hait son frère est un meurtrier (1 Jean 3 :15) ce qui sera un blocage à la prière.

La prière et la connaissance de la parole doivent normalement marcher ensemble. Nous devons savoir comment prier et surtout comprendre quels sont les obstacles afin de les éviter.

Comme je le répète souvent, Dieu fait toute bonne œuvre par la prière et rien n’est fait sans la prière. S’il y’a des choses que tu as eues sans prier, sache que quelqu’un (qui te connaît ou qui ne te connaît pas) a prié quelque part. Le Saint-Esprit peut utiliser tes prières pour bénir un frère qui est dans un autre continent sans que tu ne t’en rendes pas compte. Une prière faite au nom de Jésus n’est jamais une perte si elle est faite avec foi.

Il ne faut donc pas nous contenter que de prier mais prenons soin d’ajouter du sel pour rendre la prière puissante.


Bon week-end

Le sel de la prière (Cinquième partie)


Verset du jour : 2 Thessaloniciens 3 :10 « Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus »


En écrivant aux corinthiens, Paul insistait qu’ils ne devaient pas vivre dans le désordre. Il disait : « Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter, car nous n'avons pas vécu parmi vous dans le désordre » (2 Thessaloniciens 3 :7)

Malheureusement beaucoup d’enfants de Dieu vivent dans le désordre. Par « désordre », Paul faisait allusion aux chrétiens qui au lieu de travailler préféraient s’occuper des futilités (2 Thess 3 :11)

Jusqu’ici tu peux me dire que Paul avait raison car tout le monde est sensé travailler. Le désordre dont je vais parler ce matin est celui des chrétiens qui veulent prospérer par la foi sans fournir aucun d’effort.

Voyons un peu comment Paul parvenait à survivre malgré son ministère d’évangélisation : il dit « Nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne; mais, dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l'œuvre, pour n'être à charge à aucun de vous » (2 Thess 3 :8). J’espère que vous avez compris que Paul ne parlait pas de l’œuvre (spirituel) de Dieu mais il peinait pour gagner son pain. La nature de son métier de Paul se trouve dans le livre des Actes où il est dit qu’il fabriquait des tentes (Actes 18 :3)

La parole de Dieu est toujours contre la paresse (Prov 6 :9-10) et selon le verset du jour, celui qui ne veut pas travailler est sensé ne pas manger non plus.

Je dois dire un mot sur ceux qui sont au service de Dieu à temps plein : Ils sont sensés donner tout leur temps à l’œuvre de Dieu et c’est ce même Dieu qui s’occupera de leur survie si du moins c’est Lui qui les a appelés car travailler pour Dieu à temps plein est une vocation spéciale et non une aventure pour gagner sa vie.

Aujourd’hui certains chrétiens fournissent beaucoup d’efforts pour terminer leurs études mais une fois qu’ils ont leurs diplômes ils paressent dans l’attente d’une solution miracle pour avoir du travail sur base de leur foi et leurs prières. Leurs prières ont néanmoins besoin du sel pour être efficace c-à-d ils doivent chercher et lire les annonces en luttant avec foi dans le Seigneur. Il est vrai que Dieu crée souvent beaucoup d’opportunités mais Il les crée avec ceux qui bougent et non ceux qui stagnent. L’important n’est pas d’attendre mais c’est l’attitude avec laquelle on attend.


On termine cet enseignement demain en parlant de la réconciliation comme sel.

Le sel de la prière (Quatrième partie)


Verset du jour : Ephésiens 5 :24 « Or, de même que l'Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l'être à leurs maris en toutes choses »


Ce matin nous parlerons essentiellement des prières non exaucées à cause du manque de soumission dans les ménages. Une femme peut prier longtemps en vain pour la conversion de son mari  sans se rendre compte qu’elle est la source du problème.

Le verset du jour nous dit qu’une femme doit être soumise à son mari comme l’Eglise est soumise à Christ. La soumission de l’Eglise à Christ la permet de recevoir des bénédictions venant de Dieu le père. L’Eglise ne peut pas demander à Dieu le père de la bénir si elle n’est pas soumise à l’autorité établie c-à-d Christ. De la même manière, si la femme n’obéit pas son mari, elle doit s’attendre à un blocage de certaines bénédictions venant de Dieu qui étaient sensées passer à travers son mari. Si tu es une femme et que tu passes quarante jours dans le jeûne pour la conversion de ton mari alors que tu ne le respectes pas, j’ai peur que tu risques d’attendre très longtemps car tes prières manquent de sel (la soumission). Le verset du jour va plus loin car il dit que les femmes ne doivent pas seulement être soumises à leurs maris, mais elles doivent l’être en toutes choses.


La lettre ne concerne pas que les femmes car dans le même chapitre les hommes sont également mentionnés (Ephésiens 5 :25) : Le verset dit que le mari doit aimer sa femme comme Christ a aimé l’Eglise. Le même verset insiste que le mari ne doit pas seulement aimer sa femme mais il doit être prêt à se sacrifier et se livrer pour elle.

Si tu es un homme et que tu ne fais aucun sacrifice pour elle, si tu passes des jours dans le jeûne et la prière dans le but de demander à Dieu de la fléchir pour qu’elle soit soumise, tu risques d’attendre longtemps tout simplement parce que tu manques de sel (l’amour en action)

Parlant aux femmes qui ont des maris païens, Pierre les conseille d’être soumises car quelques-unes peuvent gagner leurs maris rien que par leur conduite sans même leur prêcher l’évangile (1 Pierre 3 :1). Ici il n’est pas question de savoir qui est plus grand que l’autre mais il est question de respecter l’ordre établi par Dieu lui-même. Si Dieu demande aux femmes d’être soumises, c’est également pour leur bien car leur soumission est sensé produire l'amour de leurs maris.


Demain on parlera du travail comme sorte de sel

Le sel de la prière (Troisième partie)


Verset du jour : Actes 10:2 « Cet homme était pieux et craignait Dieu, avec toute sa maison; il faisait beaucoup d'aumônes au peuple, et priait Dieu continuellement »


Hier on a terminé en disant que la prière nous permet de moissonner ce qu’on a semé. Le principe qu’on a lu dans 2 Cor 9 :6 était clair : « celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment  ».

La semence est le sel nécessaire pour que la nourriture (la prière) soit bonne mais plus on avance dans l’enseignement, plus on découvrira d’autres sortes de sel. Vous auriez donc compris que le sel seul ne peut pas être utile au corps sans la nourriture; De la même manière, la semence seule ne peut pas débloquer nos bénédictions sans la prière d’où il faut que les deux marchent ensemble.

Le verset du jour nous parle d’un homme décrit comme pieux et craignant Dieu. Il s’agit de Corneille, un centenier qui, comme le décrit le verset du jour, priait Dieu continuellement, lui et toute sa maison. En plus de la prière continuelle (la nourriture), il faisait beaucoup d’aumônes au peuple (le sel).

Après une période de semence et de prières, Dieu a décidé de lui envoyer son ange et voici ce qu’il lui a dit : « Tes prières et tes aumônes sont montées devant Dieu, et il s'en est souvenu » (Actes 10 :4)


J'espère que vous avez remarqué que l’ange n’a pas parlé de ses prières uniquement mais il a dit : Tes prières et tes aumônes.

Quand nous prions régulièrement, nos prières montent vers Dieu et parfois il ne réagit pas immédiatement d’une façon visible (physiquement) mais on doit garder à l’esprit qu’à chaque fois que nous nous humilions devant lui pour prier, notre esprit entre en contact avec l’Esprit de Dieu et quelque chose doit forcément se produire dans le monde spirituel même si souvent on ne le voit pas sur-le-champ. Les prières des saints sont toujours considérées comme un sacrifice donné à Dieu comme un parfum (Apocalypse 5 :8) mais ce sont les aumônes et la bienfaisance qui rendent le parfum agréable à Dieu. Dans beaucoup d’assemblées on enseigne aux chrétiens d’être « très spirituels » en exigeant une sanctification souvent extérieure qui apparemment plait à ceux qui les regardent mais on ne les enseigne pas les principes sur la délivrance tant spirituelle que matérielle.

Je dis souvent qu’il ne faut jamais sous-estimer quelqu’un qui apparemment n’a rien mais passe du temps dans la présence de Dieu car son temps n’est pas encore arrivé mais il arrivera et tout le monde le saura.


Demain on parlera de la soumission dans un ménage comme « sel ».


Bonne journée

               
         
               

 

 

© 2017 Chris Ndikumana. All Rights Reserved.

Please publish modules in offcanvas position.