Une fausse gloire

(Première partie)


Verset du jour à méditer : Luc 10 :20 « Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis; mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux »

Durant toute la semaine, on méditera sur un seul sujet : « une fausse gloire ».


Par « fausse gloire » je veux parler de la gloire que nous nous approprions alors qu’elle appartient à Dieu. D’une façon ou d’une autre, nous sommes des voleurs de gloire et à plusieurs reprises. Tout est lié à la nature humaine. Nous sommes crées à l’image de Dieu et par conséquent notre chair a naturellement le désir d’être glorifiée. C’est ce même désir qui a fait chuter Satan du Ciel car il voulait être comme Dieu. Qu’on le veule ou pas, ce désir est encré dans notre chair et le rôle du Saint-Esprit et de la parole de Dieu est de l’écraser chaque jour et ça doit être un combat permanent.

Le verset du jour (Luc 10 :20) nous montre l’enthousiasme des disciples après avoir remarqué que les esprits leur sont soumis car ils étaient impressionnés par le fait qu’ils chassaient les démons au nom de Jésus et les démons leur obéissaient. Ce que les disciples ignoraient, c'est le fait que les démons ne leur obéissaient pas parce qu’ils étaient forts mais parce qu’ils invoquaient le nom puissant de Jésus. En d’autres termes, les démons ne craignaient pas les disciples mais craignaient le nom et le pouvoir de Jésus.

La leçon que j’ai tiré de ce passage, est que souvent nous nous réjouissons des choses qui plaisent à la chair et non à l’Esprit. C’est pourquoi Jésus leur a dit : « …mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont écrits dans les cieux… » La bible nous demande de nous affectionner aux choses d’en haut, et non à celles qui sont sur la terre (Colossiens 3 :2).

Si d’une façon ou d’une autre nous nous sentons forts dans un domaine quelconque, sachons que c’est de Dieu que nous tirons cette force et si nous sentons le besoin d’être loués ou admirés par les autres, en ce moment nous cherchons à voler ou partager la gloire avec Dieu alors qu’elle doit Lui revenir entièrement.

Tout désir d’impressionner les autres, que ça soit au travail, à l’école, dans l’œuvre de Dieu… n’a qu’un seul objectif : satisfaire la chair.

Passez la journée à méditer sur le verset du jour et demain on essaiera d’entrer en profondeur.


(Deuxième partie)


Verset du jour à méditer : Luc 17 :10 « Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire »


Dans la méditation d’hier, on parlait de comment la nature humaine a toujours envie d’être glorifiée pour satisfaire la chair. Dieu veut se glorifier à travers nous et non partager la gloire avec nous. On a terminé la méditation en disant que tout désir d’impressionner les autres, que ça soit au travail, à l’école, dans l’œuvre de Dieu… n’a qu’un seul objectif : satisfaire la chair.

Tout chrétien né de nouveau est sensé servir Dieu car comme nous l’avons appris de la méditation « Le figuier stérile », Dieu a placé des dons en nous pour l’accomplissement de son œuvre. Concernant le verset du jour, Jésus donnait l’exemple d’un serviteur qui a bien fait son travail et quand il revient des champs, son maître ne lui dira pas de se mettre à table avec lui mais il lui dira plutôt de lui préparer à souper et attendre jusqu’à ce qu’il (le maître) termine et après cela, le serviteur mangera et boira (Luc 17 :7-8).

Remarquez que le maître et son serviteur n’ont pas dîné sur la même table mais le serviteur lui a servi et a attendu qu’il termine avant de manger. Dieu ne veut pas partager Sa gloire avec nous mais nous devons nous humilier en la Lui rendant entièrement de façon à ce qu’Il soit satisfait.

Au verset suivant, Jésus pose la question suivante : « Doit-il de la reconnaissance à ce serviteur parce qu'il a fait ce qui lui était ordonné? » (Luc 17 :9). Il arrive qu’on croit impressionner Dieu alors que nous ne faisons que ce qu’Il nous a ordonné et on oublie que c’est Lui-même qui nous donne le pouvoir de le faire.

D’où le verset du jour (Luc 17 :10) nous dit : « Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire »

Il arrive que nous rendons des témoignages pour glorifier le Seigneur pour toutes les grandes choses qu’Il fait pour nous mais au milieu des témoignages, nous gardons une certaine portion de gloire. On peut donner 80% de gloire à Dieu et on garde 20% pour nous. Le témoignage qui glorifie Dieu est celui qui Lui donne 100% de gloire.

Continuez la méditation en examinant tous vos témoignages et surtout toutes les grandes choses que Dieu a fait pour vous et nous continuons demain matin.


(Troisième partie)


Verset du jour à méditer : Matthieu 21 :7-8 « Ils amenèrent l'ânesse et l'ânon, mirent sur eux leurs vêtements, et le firent asseoir dessus. La plupart des gens de la foule étendirent leurs vêtements sur le chemin; d'autres coupèrent des branches d'arbres, et en jonchèrent la route »


Hier on a terminé la méditation en parlant des témoignages qui semblent donner une entière gloire au Seigneur mais quand Dieu regarde au cœur, Il trouve qu’une partie de la gloire est réservée à l’homme.

Le témoignage qui plait à Dieu, est le témoignage qui l’élève en Lui donnant toute Sa gloire. La bible dit que nous ne sommes qu’une vapeur qui paraît pour un peu de temps, et qui ensuite disparaît et que nous ne savons pas ce qui arrive le lendemain (Jacques 4 :14). L’Apôtre Jacques s’adressait à ceux qui planifient des projets comme s’ils étaient maîtres de leur destin. Il leur conseille de dire plutôt : « …Si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela » ( Jacques 4 :15 ).

Le verset du jour (Matt 21 :7-8) nous parle de l’entrée glorieuse de Jésus à Jérusalem. Jésus était sur une ânesse et la foule a mis sur l’ânesse leurs vêtements et Jésus s’est assis sur les vêtements. Les vêtements représentent les œuvres (ou la gloire humaine). Si on croise un policier dans la rue, on le reconnaîtra par son uniforme.

En enlevant les vêtements, cela voulait dire qu’ils enlevaient leur gloire et leurs œuvres sur cette terre qui ne voulaient rien dire devant Jésus. C’est pour cette raison que le verset du jour nous dit que Jésus s’est assis sur leurs vêtements comme signe d’autorité sur le peuple qui doit s’humilier sous le règne de Jésus.

Non seulement ils ont fait asseoir Jésus au dessus des vêtements, ils ont même étendu d’autres vêtements sur le chemin qui en jonchaient la route de telle sorte que l’ânesse ne pouvait pas toucher le sol…elle marchait sur les vêtements de la foule et tout le monde acclamait Jésus (assis sur l’ânesse) avec des cris de joie (Matt 21 :9).

Imaginez si l’ânesse, après avoir remarqué l’enthousiasme de la foule, se disait : « finalement je suis populaire et forte ». Nous sommes tous d’accord que tout le monde s’occupait de l’ânesse uniquement parce qu’elle portait Jésus et toute cette gloire, tous ces cris étaient adressés à Jésus SEUL.

Toute gloire que l’ânesse essaierait de s’approprier, serait tout simplement une fausse gloire. Demain nous verrons comment Dieu réagit fasse à l’orgueil.


(Quatrième partie)


Verset du jour à méditer : Jacques 4 :6 « Il accorde, au contraire, une grâce plus excellente; c'est pourquoi l'Écriture dit: Dieu résiste aux l'orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles »


Dans la méditation d’hier, on a compris, par les écritures, que nous sommes comme l’ânesse qui portait Jésus quand Il entrait à Jérusalem. Il peut arriver qu’on transporte la gloire (réservée à Jésus) comme l’ânesse marchait sur les vêtements de la foule, mais elle devrait se rappeler que toute cette gloire appartenait à Jésus et à Jésus SEUL. La grosse erreur est de s’approprier la gloire réservée à Jésus car elle serait qualifiée de « fausse gloire ».

Le verset de jour est très intéressant car il nous parle d’une grâce plus excellente.

Tout le monde a besoin de la grâce du Seigneur mais le verset nous informe qu’il y’a une condition pour en bénéficier.

La condition ou la clé pour bénéficier la grâce du Seigneur est l’humilité.

L’humilité dont nous parle le verset du jour, veut dire « permettre à Dieu de manifester Sa gloire et Sa volonté en nous ». Le passage nous dit que si nous sommes orgueilleux, Dieu nous résiste.

Je ne sais pas ce que vous en pensez mais je trouve que c’est terrible d’être résisté par Dieu car nous sommes déjà résistés par la chair, par le diable, par les hommes et Dieu est sensé être notre lieu de secours. Si Lui aussi nous résiste…

Si donc nous avons besoin d’une grâce plus excellente de Dieu, apprenons à être humbles en nous soumettant à la puissante main de Dieu.

L’humilité est l’ennemi de l’amour de la gloire. On ne peut pas être humble et en même temps aimer la gloire. S’il y’a une chose que l’Eternel déteste, c’est l’orgueil car en s’enorgueillissant, on pousse Dieu de son trône pour occuper Sa place. Souvenez-vous que c’est l’origine du péché qui a fait chuter Satan et Adam.

Beaucoup de chrétiens aiment réciter le verset qui dit que si nous résistons au diable, il fuira loin de nous mais ils ne citent qu’une partie du verset car le verset commence par nous demander de nous soumettre à Dieu. « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous » (Jacques 4 :7). D’où on ne peut pas résister au diable sans être soumis à Dieu. Remarquez qu’il s’agit de trois étapes successives mais nous sommes toujours impatients d’attendre la troisième sans passer par la première. On en parlera dans la méditation de demain.


(Cinquième partie)


Verset du jour à méditer : Jacques 4 :7 « Soumettez-vous donc à Dieu; résistez au diable, et il fuira loin de vous »


Aujourd’hui, on continue là où on s’était arrêté hier. On a compris que Dieu résiste aux orgueilleux mais fait grâce aux humbles. On a également conclu que l’humilité est la clé pour bénéficier la grâce de Dieu.

On a terminé la méditation d’hier par le verset du jour (Jacques 4 :7).

Beaucoup de chrétiens sont excités par ce verset car il nous montre la victoire d’un enfant de Dieu face au diable car si on le résiste, il fuit et non seulement il fuit mais il fuit loin de nous. Ce qu’ on aime pas parler, c’est la première partie du verset qui nous demande de nous soumettre à Dieu. La nature charnelle aime beaucoup la victoire mais déteste la soumission.

Un chrétien charnel ne veut pas entendre parler de soumission mais il est plutôt pressé à chasser les démons afin de savourer la victoire ; Tout tourne autour de la victoire mais nous oublions (ou ignorons) souvent que chaque promesse est liée à une condition. Seul un chrétien spirituel est capable de s’humilier.

La condition donc pour pouvoir résister au diable pour qu’il fuisse loin de nous n’est rien d’autre que l’humilité.

Il s’agit donc de trois étapes très importantes :

1.     Se soumettre à Dieu

2.     Résister au diable

3.     Le diable qui fuit loin de nous

Le diable ne peut pas fuir loin de nous si nous ne lui résistons pas et on ne peut pas lui résister sans nous soumettre à Dieu.

L’Apôtre Pierre a écrit : « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable » (1 Pierre 5 :6). Dieu élève uniquement ceux qui s’humilient mais il ne faut pas tomber dans le piège du diable en croyant que comme je m’humilie, Dieu va automatiquement m’élever…Il m’élève au temps convenable selon le verset. Il faut donc de la patience et la foi.

Demain nous terminerons cet enseignement « Une fausse gloire » en approfondissant ce passage de Pierre.


(Sixième partie)


Verset du jour à méditer : 1 Pierre 5 :6 « Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable »


Dans la méditation d’hier, on a compris que pour que le diable fuisse loin de nous, nous devons lui résister et pour lui résister, nous devons nous soumettre à Dieu.

Il y’a beaucoup de versets bibliques qui nous montrent la victoire et l’autorité sur le diable mais si nous les mettons en pratique sans l’humilité, le diable restera très fort d’où on aura toujours affaire à une grande résistance. Plus on s’humilie devant Dieu, c-à-d plus on place notre confiance dans le Seigneur et non dans la chair, plus Dieu nous rend plus fort et victorieux.

Parmi les armes de Dieu pour le chrétien, figure le bouclier de la foi avec lequel on peut éteindre tous les traits enflammés du malin (Ephésiens 6 :16). Tout dépend de la nature de la foi…si nous la mettons en nous même ou dans l’Eternel. A chaque fois que tu te sens capable d’avancer seul, saches que tu es effectivement seul car Dieu n’a pas de place pour intervenir. Pour que le bouclier soit utile, il faut qu’il soit placé devant le corps entier en face de l’ennemi. Mais si le bouclier est derrière le corps, il ne pourra plus éteindre les traits enflammés de l’ennemi.

De la même manière, la foi en Jésus-Christ doit passer en premier et nous devons nous placer derrière cette foi (le bouclier) qui doit être basée sur la parole de Dieu.

Le verset du jour nous demande de nous humilier sous la puissante main de Dieu car c’est cette même main qui nous délivre des griffes de l’ennemi. Le passage nous dit que si nous nous humilions, Dieu nous élèvera au temps convenable.

Dieu a fixé un temps pour toute chose et si nous nous humilions, Il finira par nous élever selon Sa parole. Dieu n’élève pas ses enfants n’importe quand, mais Il attend toujours le temps convenable car Il attend que nous ayons la forme convenable afin d’accomplir parfaitement Sa volonté.

C’est ici que prend fin notre enseignement « Une fausse gloire » et ce qu’il faut retenir le plus, est que tout ce que nous avons, nous l’avons reçu de Dieu et nous devons Lui rendre gloire car à chaque fois qu’Il fait quelque chose dans nos vies, Il attend que la gloire Lui revienne. Notre rôle est de Lui rendre grâces et le glorifier.

Prions donc en demandant au Saint-Esprit de nous aider à dominer la chair pour ne pas voler une partie de la gloire réservée au Seigneur.
 

               
         
               

 

 

© 2017 Chris Ndikumana. All Rights Reserved.

Please publish modules in offcanvas position.