Ce qu'il faut faire

Ce qu'il faut faire Lundi

(Première partie)


Verset du jour à méditer : Luc 17 :10 « Vous de même, quand vous avez fait tout ce qui vous a été ordonné, dites: Nous sommes des serviteurs inutiles, nous avons fait ce que nous devions faire »


Pendant toute la semaine, on va sonder les écritures pour parler de ce qu’il faut faire étant chrétien. Un des problèmes majeurs des chrétiens, c’est qu’ils ne savent pas ce qu’il faut faire selon le Saint-Esprit. Ils savent ce que la loi dit qu’il faut faire mais ne prennent pas le temps d’écouter le Saint-Esprit pour découvrir non seulement ce qu’il faut faire mais aussi comment le faire.

Tout est bloqué par l’amour de soi; Par tout acte que nous posons, nous voulons y voir notre intérêt personnel. Les psychologues disent que chaque acte posé est forcement motivé par un intérêt et rien ne peut être fait sans intérêt. Personne ne peut nier ce fait qui résulte de la loi établie par Dieu Lui-même (La loi de la semence) qui dit qu’on récolte ce qu’on a semé. Mais ce que je vais essayer de partager avec vous pendant toute la semaine, c’est le fait que Dieu ne veut pas que nous cherchions seulement notre propre intérêt dans ce que nous faisons pour les autres ou pour Lui mais que notre intérêt soit basé sur un seul principe : Faire ce qu’il faut faire. 

La bible dit que « Faute de bois, le feu s’éteint… » (Prov 26 :20). J’ai remarqué que le principe du bois et du feu s’applique dans tous les domaines de la vie. Dieu Lui-même dit qu’on donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu'il a (Matt 25 :29). D’où on ne peut pas espérer qu’il y’ait du feu sans bois. Si le bois est consumé, il faut en ajouter sinon le feu va s’éteindre. Dans la vie, il faut de la motivation pour toute chose et dans tous les domaines même si certaines personnes préfèrent nier ce fait en pensant que c’est du matérialisme. Le matérialisme veut dire selon le dictionnaire : « Conception de la vie entièrement tournée vers la recherche des avantages matériels » d’où quand les avantages ne sont pas forcement matériels, on ne peut pas parler de matérialisme.

Paul dit aux corinthiens, que Si les morts ne ressuscitent pas, Mangeons et buvons, car demain nous mourrons (1 Cor 15 :32). Il essaie de dire que s’il n y’avait pas de résurrection des morts, il est inutile de faire souffrir la chair en luttant contre le péché.

Le verset du jour nous dit qu’un serviteur qui fait bien son travail ne devrait pas s’attendre à ce que son maître le remercie car il a accompli son devoir. En d’autres termes, il a fait ce qu’il fallait faire. Dans la méditation de demain, on parlera de la motivation de faire ce qu’il faut faire.

 

(Deuxième partie)

Verset du jour à méditer : Matthieu 7 :12 « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes »


Dans la méditation d’hier, on a compris que dans la vie on ne peut rien faire sans motivation et aujourd’hui on parlera de la motivation de faire ce qu’il faut faire.

Avant de méditer sur le verset du jour, il faut d’abord comprendre la méditation d’hier où on disait qu’un homme ne peut pas faire quelque chose s’il n’y voit pas son propre intérêt…c’est d’ailleurs ça le fondement de notre méditation durant toute la semaine.

Lisons d’abord dans Matthieu 22 :39 : « Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même »

Ici Jésus parlait du plus grand commandement. Il a dit que l’amour de l’Eternel est le premier de tous les commandement tandis que le second parle de l’amour du prochain. Par ce verset, il est clair que Jésus ne fait aucune différence entre les deux commandements puisqu’il dit lui même que le second est semblable au premier.

La question est de savoir de quel prochain la bible nous parle. Le prochain est toute personne que tu peux voir ou toucher. Si nous retournons en peu sur la méditation d’hier où on disait que tout acte est justifié par la recherche d’un intérêt personnel, il est clair que naturellement on ne peut pas faire quelque chose pour quelqu’un sans qu’on y voit notre intérêt personnel. Mais l’amour du prochain devrait suffire comme principale motivation pour aider ceux qui sont dans le besoin car si j’aime mon prochain comme moi-même, je deviens sensible à ses problèmes comme si ils étaient les miens. L’intérêt personnel (naturel) est donc transporté vers mon prochain. Revenons au verset du jour (Matt 7 :12), il est écrit que nous devons faire aux hommes tout ce que nous voulons qu’ils fassent pour nous. En d’autres termes, si je veux être secouru dans mes problèmes, je dois secourir ceux qui y sont déjà et je ne dois pas m’attendre à avoir de la compassion ou de l’aide du prochain si je suis toujours indifférent car c’est la loi et les prophètes selon le verset du jour.

Je reste convaincu que la meilleur motivation ou la parfaite motivation d’aider les autres est l’amour du prochain et si quelqu’un manque l’amour du prochain, il devrait prier pour en avoir car sans l’amour, on ne peut rien faire ni pour les autres, ni pour Dieu. On peut néanmoins poser des actes louables aux yeux de la communauté sans amour ou on peut servir Dieu et les hommes sur base d’une fausse motivation. C’est ce que la bible appelle « Oeuvres mortes » A suivre demain matin…

 

(Troisième partie)

Verset du jour à méditer : Hébreux 6 :1 « C'est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ, tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes »


Hier on parlait de comment l’amour du prochain est la principale motivation de faire ce qui est bien. On disait qu’on peut poser des actes louables aux yeux de la communauté sans amour ou même servir Dieu et les hommes sur base d’une fausse motivation que la bible qualifie d’ « œuvres mortes ».

Le verset du jour nous demande de renoncer aux œuvres mortes pour se concentrer à ce qui est parfait. Les œuvres mortes sont les œuvres qui ne contribuent pas à la réalsisation de la volonté de Dieu et qui par conséquent ne sont pas enregistrés au ciel. Il y’a des œuvres qu’on peut faire pour Dieu mais qui sont en dehors de Sa volonté même si elles sont bonnes Car ce n'est pas celui qui se recommande lui-même qui est approuvé, c'est celui que le Seigneur recommande (2 Cor10 :14).  Concernant les œuvres mortes envers le prochain, la bible dit : « Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien » (1 Cor13 :3) . La première fois que j’ai lu ce verset j’ai été très surpris car je ne comprenais pas comment quelqu’un peut distribuer ses biens pour la nourriture des pauvres et même livrer son corps pour être brulé...et tout cela sans l’amour et surtout que tout ce travail ne sert de rien. Si l’amour est défini comme « Sentiment qui nous entraîne vers un être », j’en déduis que si quelqu’un peut distribuer tous ses biens pour la nourriture des pauvres sans l'amour, alors il ne le fait pas pour les pauvres mais pour lui-même. Il veut être vu et apprécié des hommes et tout ce qui compte c’est son intérêt personnel.

Depuis la chute d’Adam, le monde est rempli de problèmes et chaque personne qui a l’occasion d’y venir (naître) a le devoir d’être une des solutions. Etre une solution ne veut pas dire avoir de l’argent, il suffit d’être humain créé à l’image de Dieu pour être utile. Chacun de nous a toujours quelque chose à donner et tout ce que Dieu nous donne n’est pas pour nous seulement mais c'est également pour partager et bénir les autres. Si quelqu’un n’est pas une des solutions du monde, il est automatiquement un des problèmes car on ne peut pas être neutre. Même s’il y’a une seule personne au monde que tu aides  (sans aucun lien sanguin), tu es une des solutions du monde. Chaque humain devrait prier pour que Dieu lui montre la personne qu’il peut secourir d’une façon ou d’une autre. Ce qui compte n’est pas la grandeur de ce qu’on donne mais comment on le donne  car c’est ce qu’il faut faire.

 

(Quatrième partie)

Verset du jour à méditer : Jacques 2 :26 « Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte »


Le verset à méditer d’hier nous demandait de renoncer aux œuvres mortes car d’un côté elles ne sont pas le fruit de l’amour et d’un autre elles n’accomplissent pas la volonté de Dieu.

Dans la méditation de ce matin, on parlera sur la foi et les œuvres. Beaucoup de chrétiens passent beaucoup de temps à discuter pour savoir si les œuvres peuvent sauver quelqu’un ou pas. Si quelqu’un prend son temps pour lire attentivement le 2e chapitre du livre de Jacques, il comprendra combien la foi ne peut pas exister sans les œuvres. Je crois que c’est encore plus clair dans le verset du jour où Jacques compare la foi sans les œuvres au corps sans âme. Si vous avez déjà vu un cadavre, vous comprendriez très facilement ce passage. Un cadavre n’entend pas, ne voit pas et ne parle pas et il ne peut pas respirer. Plus le temps passe, plus il se détériore car il n’a plus d’âme. Il en est de même pour le chrétien qui prétend avoir seulement la foi mais qui n’a pas d’œuvres car ce sont les œuvres qui rendent la foi parfaite selon Jacques 2 :22.

La majorité des chrétiens qui soutiennent financièrement l’œuvre de Dieu dans l’église ou qui supportent les pauvres le fassent en s’appuyant sur une seule vérité biblique : « on moissonne ce qu’on sème » (Galates 6 :7). L’apôtre Paul en parle dans beaucoup de lettres et ça doit fonctionner car c’est un principe établi par Dieu.

C’est ce que moi j’appelle personnellement « Niveau A » mais je vous exhorte à prier pour que Dieu vous aide à atteindre le « Niveau B ».

Le « Niveau A » c’est quand on pose un acte pour l’œuvre de Dieu ou pour aider les pauvres dans le but de semer afin de moissonner une plus grande quantité plus tard tandis que le « Niveau B » est quand on le fait par amour et reconnaissance envers Dieu tout simplement car c’est ce qu’il faut faire.

Nous devrions prier pour que Dieu accroisse notre foi et notre vision de façon à être motivés par la conscience guidée par le Saint-Esprit car à ce moment, on ne fera pas de bons actes par peur ou contrainte mais par une ferme conviction en plaçant notre foi dans le Seigneur. La bible dit que Dieu aime celui qui donne avec joie, sans tristesse ni contrainte (2Cor 9 :7) et pour y arriver, il faut atteindre le « Niveau B » sinon la patience sera très limitée aussi longtemps qu’on se trouve encore au « Niveau A ».

 

(Cinquième partie)

Verset du jour à méditer : Matthieu 25 :35-36 « Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli j'étais nu, et vous m'avez vêtu; j'étais malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus vers moi »


Hier on a terminé la méditation en parlant des « Niveau A et B ».

On a dit que nous devrions prier pour que Dieu nous aide à atteindre le « Niveau B » sinon la patience serait très limitée aussi longtemps qu’on se trouve encore au « Niveau A ». Ce qu’il faut retenir le plus dans tout cela, ce qu’un enfant de Dieu est sensé faire le bien tout en étant d’accord avec sa conscience et non par contrainte ou obligation.

Dans le verset du jour, Jésus parlait du jugement dernier quand il sera assis sur le trône de sa gloire entrain de juger les nations. Il parle de la séparation des boucs et des brebis en mettant les uns à droite et les autres à gauche.

Il dira aux justes (brebis) qu’il a eu faim et ils lui ont donné à manger, il a eu soif et ils lui ont donné à boire…(Matt 25 :35-36) mais remarquez qu’au verset suivant (Matt 25 :37) les justes étaient surpris et étonnés car ils demandaient au Seigneur : « Seigneur, quand t'avons-nous vu avoir faim, et t'avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t'avons-nous donné à boire? »

Visiblement ils étaient très étonnés car ils ne se souvenaient pas avoir faits toutes ces bonnes choses à Jésus d’où il les a répondu : "Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites "  (Matt 25 :40)

Par « l’un de ces plus petits de mes frères », Jésus parlait des ceux qui croient en lui (les disciples) d’où à chaque fois qu’on fait quelque chose de bien à un enfant de Dieu, on le fait pour le Seigneur (selon ce même verset) et on ne manquera pas d’être récompensé car dans Matthieu 10 :40, Jésus dit : « Et quiconque donnera seulement un verre d'eau froide à l'un de ces petits parce qu'il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense »

Encore une fois, on ne doit pas faire du bien aux enfants de Dieu pour être récompensés mais on doit le faire à cause de l’amour et la reconnaissance envers notre Dieu tout simplement parce que c’est ce qu’il faut faire.

J’entends des chrétiens qui disent : « Seigneur qu’est ce que je peux faire pour toi ? » et ils ignorent que le Seigneur est tout simplement incarné dans ces plus petits de ses frères (les disciples).


(Sixième partie)

Verset du jour à méditer : Galates 6 :10 « Ainsi donc, pendant que nous en avons l'occasion, pratiquons le bien envers tous, et surtout envers les frères en la foi »


Dans la méditation d’hier, on parlait de ceux qui étaient surpris au jour du jugement parce que le Seigneur leur récompensait de lui a avoir fait du bien alors qu’ils ignoraient avoir fait quelque chose pour Lui. Il leur a dit qu’à chaque fois que quelqu’un fait du bien à l’un de ces plus petits de ses frères (ses disciples), c’est à lui (Jésus) qu’il le fait. On a terminé la méditation en disant qu’on ne doit pas faire du bien aux enfants de Dieu pour être récompensé, mais qu’on doit plutôt le faire à cause de l’amour et la reconnaissance envers notre Dieu tout simplement parce que c’est ce qu’il faut faire.

Le verset du jour nous montre qu’on ne doit pas seulement faire du bien aux enfants de Dieu mais qu’on doit aussi tenir compte des non croyants puisqu’il est dit que nous devons pratiquer le bien envers tous mais plus particulièrement envers les croyants (les frères et soeurs en la foi).

Ce que j’aime le plus dans ce verset, c’est le passage où on dit : « pendant que nous en avons l’occasion » car on a très souvent l’occasion de faire le bien mais nous sommes tellement concentrés sur nous même qu’on arrive même pas à entendre la voix du Saint-Esprit quand elle nous chuchote pour nous guider à faire ce qu’il faut faire.

Vous comprenez alors pourquoi dans la parabole du maître qui avait planté un figuier dans sa vigne, il s’est énervé quand il n’y a pas trouvé du fruit en posant la question suivante : « pourquoi occupe-t-il la terre inutilement? » (Luc 13 :7). Le maître du champ s’est étonné de remarquer que le feuillage de l’arbre était vert d’où ses racines puisent de l’eau dans la terre mais malgré tout cela il n’ya pas de fruit. En d’autres termes, l’arbre profite de la terre mais ne fait pas ce qu’il faut faire c-à-d porter du fruit.

Toute personne qui est née de nouveau, qui a le Saint-Esprit et ne fait rien pour l’avancement du royaume du Dieu devrait entendre de la part de son créateur : « pourquoi le Saint-Esprit reste en lui(elle) inutilement ?

Il en est de même pour celui (celle) qui ne fait absolument rien pour les enfants de Dieu et ses serviteurs qui sont dans le besoin matériel car il (elle) devrait entendre la voix qui pose la question suivante : « pourquoi occupe-t-il (elle) la terre inutilement ? »

C’est ici que prend fin l’enseignement de la semaine et je vous souhaite tous un bon week-end

 

 

               
         
               

 

 

© 2017 Chris Ndikumana. All Rights Reserved.

Please publish modules in offcanvas position.