La bonté et la sévérité de Dieu

 (Première partie)

 Verset du jour à méditer: Romains 11 :22 « Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché »

 Il y’a deux raisons qui m’ont poussé à écrire cet enseignement : D’abord une récente prophétie du Pasteur David Wilkerson sur le sort de l’Amérique, puis un livre que je viens de lire parlant essentiellement de la bonté et de la grâce de Dieu. Le livre est écrit par un célèbre pasteur d’une grande église mais je préfère ne pas citer son nom. Dans tout le livre, un seul passage m’a poussé à écrire cet enseignement : Quelqu’un lui a demandé pourquoi il ne dit rien sur la colère de Dieu alors que cela figure dans la bible et le pasteur lui a répondu que la colère de Dieu ne se trouve que dans l’ancien testament et l’apocalypse mais que dans le nouveau testament on y trouve la bonté, l’amour et la grâce…

Cela m’a beaucoup étonné car c’est quelqu’un que je respecte beaucoup à cause de ses révélations bibliques et j’ai décidé de creuser le nouveau testament pour me rassurer que ce n’est pas moi qui suis dans l’erreur. Rien qu’en parcourant le nouveau testament, je me suis retrouvé dans Romains 11 :22 (Le verset du jour). Le verset nous demande de ne pas considérer une seule partie de Dieu mais de considérer l’entièreté de sa nature c-à-d la bonté et la sévérité de Dieu.

Aujourd’hui il est très rare d’entendre des prédications sur la sévérité ou la colère de Dieu. Dans beaucoup d’assemblées, on prêche souvent sur la prospérité financière, les bénédictions de toutes sortes, la puissance de la foi mais rarement sur la sanctification et le jugement de Dieu. Cela ne veut pas dire que le Saint-Esprit ne dit rien sur ces sujets qui fâchent mais c’est juste parce les dirigeants spirituels préfèrent souvent prêcher ce que les hommes veulent entendre.

Il y’a d’autres qui ne s’intéressent même pas à la parole : Il n’y a pas longtemps, j’étais invité dans une église pour interpréter un prédicateur américain, le culte a duré plus de trois heures mais à ma grande surprise, au moment de la prédication le dirigeant du culte m’a dit que le prédicateur doit prêcher pendant 10 minutes seulement !! J’ai évidement compris que dans cette église La parole de Dieu n’avait aucune importance.

Faute de temps, le verset du jour sera médité demain matin. On essaiera de comprendre pourquoi Paul a demandé aux romains de considérer la bonté et la sévérité de Dieu ? Je sais que certains de mes lecteurs risquent de ne pas aimer cet enseignement mais pour que le corps (spirituel) soit solide, il faut parfois de la nourriture solide. Tous les médicaments ne sont pas sucrés…on est parfois obligé d’avaler ce qui est amer pour guérir. A demain matin !


 

(Deuxième partie)

 Verset du jour à méditer: Romains 11 :22 « Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu: sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté; autrement, tu seras aussi retranché »

 En écrivant aux romains, Paul essayait de leur montrer que le salut qu’ils jouissaient ne leur était pas destiné mais qu’ils l’ont eu grâce à la désobéissance des juifs. Ce qui nous intéresse ce matin, c’est la considération de la bonté et la sévérité de Dieu. Par le verset du jour, il est évident que la vision de Paul concernant Dieu était très différente de celle de beaucoup de prédicateurs d’aujourd’hui. Quand on nous dit que grâce à l’œuvre de la croix nous sommes uniquement dans la bonté et l’amour de Dieu comme étant un cheque en blanc, Paul voit les choses différemment : Il insiste de considérer les deux faces de la monnaie : la bonté et la sévérité.

Toujours dans le verset du jour, il dit que la bonté de Dieu est réservée à ceux qui y demeurent avec fermeté c-à-d qui marchent selon la parole tandis ce que la sévérité est réservée à ceux qui sont tombés c-à-d ceux qui se sont détournés de la parole de Dieu. Dans le même verset du jour, Paul ne mâche pas les mots puisqu’il dit que même si quelqu’un qui a eu la grâce d’être dans la bonté de Dieu, il a intérêt à y demeurer avec fermeté autrement il sera aussi retranché ( Rom 11 :22).

Aujourd’hui nous assistons à beaucoup de chrétiens qui crient jour et nuit qu’ils sont sous la grâce et non sous la loi et la même lettre aux romains nous montre que c’était le cas même à l’époque des apôtres. Ceux qui se ventent d’être sous la grâce ignorent souvent l’autre face de Dieu et se répètent sans cesse qu’ils sont sauvés par la grâce et non les œuvres (ce qui est vrai) mais perdent complètement la crainte de Dieu, raison pour la quelle dans la même lettre Paul leur a écrit : « Ne t'abandonne pas à l'orgueil, mais crains » (Rom 11 :20). L’orgueil dont Paul parle est très répandu dans le corps de Christ ; Certains affirment qu’ils ont atteint un niveau de non retour et d’autres sont prêts à démontrer que leurs péchés n’ont aucun effet sur leur vie grâce au sang de Jésus mais l’apôtre Paul dans son humilité et malgré son niveau hors du commun dans les choses spirituelles a tout simplement écrit aux corinthiens en disant : « Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres » (1 Cor 9 :27). Quelqu’un d’autre peut essayer d’interpréter ce verset de plusieurs façons mais quelque soit votre version ou traduction, il y’a une partie qui ne pourra pas être changée : « La peur d’être rejeté ». Paul était conscient que s’il ne demeure pas dans la bonté de Dieu et s’écarte de sa Parole, il pouvait aussi être rejeté, raison pour la quelle il craignait ! La crainte est un signe d’humilité et beaucoup confondent l’assurance et l’orgueil. A suivre demain matin…


 

 (Troisième partie)

 Verset du jour à méditer: Hébreux 12 :28-29 « C'est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, avec piété et avec crainte, car notre Dieu est aussi un feu dévorant »

 Hier on a terminé la méditation en parlant de Paul qui dans son humilité a écrit aux corinthiens en exprimant sa crainte d’être rejeté après avoir prêché aux autres. Il a dit : « Mais je traite durement mon corps et je le tiens assujetti, de peur d'être moi-même rejeté, après avoir prêché aux autres » (1 Cor 9 :27). A la fin j’ai dit que la crainte est un signe d’humilité et qu’il ne faut pas confondre l’assurance et l’orgueil. On peut parler d’assurance quand on demeure dans la bonté du Seigneur et Sa parole mais quand on est tombé en marchant en dehors de la parole, on risque de tomber dans l’orgueil comme Paul l’écrivait aux romains.

Comme je l’ai dit au début de cet enseignement, aujourd’hui on prêche rarement sur la sanctification et la crainte de Dieu ; Presque tout est centré sur la grâce et la bonté de Dieu, ce qui est une bonne chose mais le danger est que si on investi uniquement dans la grâce et la bonté de Dieu on risque d’ignorer la crainte. J’entends beaucoup qui prêchent que la crainte ne veut pas dire la peur mais juste le respect de Dieu car dans le nouveau testament notre Dieu est en même temps notre Père…tout cela est vrai mais le verset du jour insiste que notre attitude devant Dieu doit être avec piété et surtout avec crainte ! Pourquoi ? Parce que notre Dieu est aussi un feu dévorant ! (Heb 12 :28-29). Ce passage n’est pas tiré de l’ancien testament mais du nouveau. Quand cette lettre a été écrite aux hébreux, Jésus était assis à la droite du Père. Le même passage nous recommande de montrer notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable et si nous le faisons avec piété et avec crainte, on n’a pas à nous inquiéter du feu dévorant car le feu dévorant est réservé à ceux qui s’écartent de Dieu. Au contraire, nous bénéficions l’amour, l’attention et l’affection d’un Père à son enfant préféré. Imaginez que Dieu nous aime l’amour réservé à Jésus si nous nous approchons de Lui à travers Jésus. Si nous bénéficions l’amour réservé à Jésus, cela veut dire que Dieu a mis toute son affection en nous (Matthieu 3 :3).

Revenant en peu sur la colère de Dieu, vous entendrez ceux qui vous disent que dans le nouveau testament Dieu ne peut pas se mettre en colère, qu’il ne peut frapper personne et surtout pas un non croyant car Il ne veut pas qu’il périsse et tout cela au nom de la grâce. Demain nous découvrirons ensemble que la patience de Dieu a des limites et que même dans le nouveau testament Dieu frappait les croyants et les incroyants dans Sa colère mais pour une bonne cause. On en parlera demain


 

(Quatrième partie)

 Verset du jour à méditer: Actes 12 :23 « Au même instant, un ange du Seigneur le frappa, parce qu'il n'avait pas donné gloire à Dieu. Et il expira, rongé des vers »

 Hier j’ai terminé la méditation en disant que même dans le nouveau testament Dieu frappait les incroyants et les croyants dans Sa colère mais pour une bonne cause.

Pendant longtemps Hérode maltraitait les disciples et comme cette persécution le rendait de plus en plus populaire, il s’est permis de les éliminer un à un. Il a commencé avec l’apôtre Jacques qu’il a fait mourir par l’épée (Actes 12 :2) et la liste était certainement longue. Il les a publiquement méprisé (Actes 12 :21), jusqu'à ce que Dieu intervienne car sa gloire était bafouée. Le verset du jour dit que parce qu’Hérode n’avait pas donné gloire à Dieu, un ange du Seigneur le frappa et ce n’était pas pour une simple correction mais c’était pour le tuer car le verset termine en disant qu’il expira, rongé des vers. Remarquez que le roi Hérode n’a pas été frappé par un ange du diable mais du Seigneur et la seule explication de cette frappe se résume en une phrase (selon le verset) : Il n’a pas donné gloire à Dieu.

Evidement Dieu ne frappe pas tous ceux qui ne lui donnent pas gloire mais à chaque fois qu’on fait un acte qui bafoue la gloire de Dieu, il y’a toujours des conséquences et souvent c’est dans le monde spirituel. Même si nous ne le voyons pas avec nos yeux physiques, quelque chose se produit et avec le temps ça fini par s’extérioriser. Ceci est également une réponse à ceux qui disent que Dieu ne peut pas faire mourir un incroyant. Il est très intéressant de remarquer le résultat de la mort d’Hérode : Au verset suivant, il est dit : « Cependant la parole de Dieu se répandait de plus en plus, et le nombre des disciples augmentait » (Actes 12 :24). Il est donc clair que le Roi Hérode était un obstacle à l’expansion de l’évangile car sa mort a produit l’augmentation des disciples et la parole de Dieu s’est répandu de plus en plus.

Tu me diras peut-être que Dieu a frappé Hérode parce qu’Il était incroyant mais dans le même livre des Actes, on assiste une scène pareille où Dieu a frappé Ananias (un croyant) pour avoir menti au Saint-Esprit. La bible dit que lui aussi est tombé et a expiré et une grande crainte a saisi tous les auditeurs (Actes 5 :5). Ignorant ce qui est arrivé à son mari, sa femme Saphira est tombée dans le même piège que lui et a été frappée et est morte sur-le-champ (Actes 5 :10). La leçon à tirer de tout cela, c’est que notre Dieu est un Dieu bon et compatissant mais il a des principes. A chaque fois que tu mens au Saint-Esprit ou que tu bafoues la gloire de Dieu, tu t’attires une malédiction dans le monde spirituel mais la bonne nouvelle est qu’en Jésus il y’a moyen de régler la situation et tout recommencer comme si rien n’était. Demain on parlera du jugement de Dieu.


 

 (Cinquième partie)

 Verset du jour à méditer: Romains 8 :1 « Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus Christ »

 Comme beaucoup de chrétiens, il m’a fallu du temps pour avoir une meilleure interprétation du verset du jour. Pendant longtemps, je confondais « condamnation » et « jugement ». C’est peut-être parce que les deux utilisent un même mot en Kirundi (urubanza) d’où la confusion.

J’ai même entendu des sermons confirmant qu’un enfant de Dieu ne pourra pas être jugé et que par contre il jugera des anges. La vérité est que tous les hommes (croyants ou incroyants) devront être jugés. Le verset du jour dit qu’il n’y a pas de condamnation (et non de jugement ) pour ceux qui sont en Jésus-Christ. Autrement dit, si tu es né de nouveau, le diable n’a plus le droit de te condamner devant le trône de Dieu car Jésus a déjà payé le prix de tes péchés. A partir du moment que tu confesses tes péchés, tu es pardonné et la porte se ferme pour toutes sortes de condamnation. La bible dit clairement que nous serons tous jugés et le jugement commencera par les enfants de Dieu. Pierre écrit : « Car c'est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c'est par nous qu'il commence, quelle sera la fin de ceux qui n'obéissent pas à l'Évangile de Dieu? » (1 Pierre 4 :17)

Dans plusieurs lettres, Paul réprimandait tous ceux qui ne marchaient pas selon la Parole de Dieu. Comme je l’ai dit avant, certains livres et prédications font tout pour convaincre que dans le nouveau testament on ne parle jamais de la colère de Dieu mais uniquement de la grâce mais en écrivant à une église du nouveau testament, Paul dit : « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive » (Rom 1 :18). Le verset ne parle pas de la colère de Dieu dans le futur mais dans le présent. Il est donc clair que même dans le nouveau testament, alors que Jésus est assis sur le trône, la colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice. En peu plus bas, la lettre de Paul devient de plus en plus sévère quand il écrit : « Et, bien qu'ils connaissent le jugement de Dieu, déclarant dignes de mort ceux qui commettent de telles choses, non seulement ils les font, mais ils approuvent ceux qui les font » (Rom 1 :32).

Voici l’essentiel de cette méditation : Si je tombe dans un péché, la bible dit qu’il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité (1 Jean 1 :9). Mais si je résiste à la voix de la repentance, je connais le jugement de Dieu comme ces romains. Il n’y a pas de jugement pour un pêché pardonné mais les conséquences sont inévitables. On en parlera demain matin


 

(Sixième partie)

 Verset du jour à méditer: 1 Jean 1 :9 « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité »

 Hier j’ai terminé la méditation en disant que celui qui résiste à la repentance connaît le jugement de Dieu car le jugement de Dieu ne vise que la repentance. Le verset du jour nous montre très bien que si nous confessons nos péchés, Dieu est fidèle et juste pour nous les pardonner et nous purifier de toute iniquité. Dieu n’est pas comme un homme car quand Il pardonne, Il pardonne réellement et il ne considère plus notre péché. Le diable fait tout pour ramener dans ta mémoire les mauvaises choses que tu as faites alors qu’elles sont déjà pardonnées et si on ne fait pas attention, on tombe dans le piège de la culpabilité. L’esprit de condamnation est un démon très dangereux pouvant nuire complètement la vie d’un enfant de Dieu. A un certain moment le diable te persuade (par des pensées négatives) que Dieu t’en veut toujours et que même tes prières ne sont pas écoutées. Si c’est le cas pour toi, il suffit de confesser le verset du jour dans tes prières et l’esprit de condamnation fuira loin de toi. Un péché confessé et pardonné n’existe plus aux yeux de Dieu à cause du sang de Jésus qui nous purifie de toute iniquité. A un certain moment on est traumatisé à tel point que même quand on rencontre un petit blocage on conclu que c’est à cause de notre ancien péché alors qu’il est déjà pardonne.

Néanmoins, même si un péché est pardonne et effacé de la mémoire de Dieu, cela n’exclut pas les conséquences liées au péché. Par exemple si une fille tombe dans l’adultère et que par malheur elle tombe enceinte, cela ne veut pas dire que parce qu’elle a confessé son péché et qu’elle est pardonné son bébé cessera de croître dans son sein. Elle sera pardonné et Dieu oubliera son péché mais les conséquences du péché resteront. Elle devra supporter la honte dans sa communauté et trouver un moyen d’élever son bébé. Elle devra faire face à tous les défis qui se présenteront dans son avenir à cause de ce bébé malgré que Dieu l’ait pardonné. Il en est de même pour tout autre péché. Il y’a des péchés qui ne laissent pas de traces et d’autres auxquels nous devons faire face pendant très longtemps mais l’important est que dès que Dieu nous pardonne, Il nous assiste même au milieu des conséquences et nous aidera à en sortir.

Avant de terminer cet enseignement, il y’a un point important que je dois souligner : Si tu es dans des problèmes causés par le diable, tu peux les répudier mais s’il s’agit du jugement de Dieu la seule et unique voie de sortie est la repentance car le jugement n’est pas seulement la colère de Dieu mais c’est une porte pour la repentance. Les problèmes peuvent également contribuer pour briser la nature charnelle (cfr « La mission des épreuves » dans les Archives ).

Je vous souhaite tous un bon week-end

               
         
               

 

 

© 2017 Chris Ndikumana. All Rights Reserved.

Please publish modules in offcanvas position.