DEUX CONDITIONS POUR RECOLTER

Deux conditions pour récolter (Première partie)


Verset du jour à méditer: Galates 6 :9 « Ne nous lassons pas de faire le bien ; car nous moissonnerons au temps convenable, si nous ne nous relâchons pas »


Tout le monde connaît la loi de la nature selon laquelle on récolte toujours ce qu’on a semé. En réalité, la loi de la semence et de la récolte est une loi établie par Dieu dans tous les domaines, que ça soit dans le monde physique ou spirituel. On peut donc le résumer de la manière suivante : Semence – Moisson…cela paraît beau et facile mais le verset du jour perturbe en peu l’ordre tant préféré par les humains : Un élément supplémentaire est ajouté entre « Semence » et « Moisson » et l’ordre devient finalement : Semence – Temps – Moisson.

Le temps est l’étape insupportable pour la plupart des chrétiens car nous vivons dans un monde qui privilégie des résultats immédiats. On veut tout avoir instantanément…on est même prêt à faire un effort mais à condition que la réponse soit immédiate ! Vous aurez alors compris que les deux conditions pour récolter sont : La semence et Le temps. Selon la loi établie par Dieu, pour qu’il y’ait une récolte il faut absolument que les deux conditions soient respectées. Il se pourrait que vous ayez semé la bonne semence mais vous ne pourrez moissonner qu’au temps convenable comme c’est bien clarifié dans le verset du jour. Toujours selon le même verset du jour (Gal 6 :9), il y’a une condition pour atteindre le temps convenable : « Ne point se relâcher ».

Beaucoup n’arrivent pas à récolter malgré la bonne semence à cause du manque de persévérance. A force de vouloir un résultat immédiat, on se décourage vite et la semence s’étouffe dans le sol sans produire du fruit.

Pendant toute la semaine, on verra comment semer la bonne semence et l’importance d’attendre le temps convenable car on ne peut pas s’attendre à récolter des mangues alors que la semence était un avocat. L’erreur humaine est de se concentrer uniquement au fruit qu’on veut récolter en oubliant que le fruit n’est que le résultat de la semence. Un bon semeur consacre tous ses efforts dans la plantation et l’entretien de la semence et surtout il doit être capable d’attendre patiemment le temps convenable pour la récolte.

On verra également comment la mauvaise semence engendre beaucoup de problèmes qui affectent notre vie chrétienne et certains problèmes que nous rencontrons ne viennent pas du diable mais sont les conséquences de nos mauvais actes qui deviennent une mauvaise semence et avec le temps finissent par produire des fruits indésirables auxquels nous nous trouvons dans l’obligation de faire face. 

 

Deux conditions pour récolter (Deuxième partie)


Verset du jour à méditer: Matthieu 7 :12 « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c'est la loi et les prophètes »


Sans la première partie je disais que certains de nos problèmes sont les conséquences de nos mauvais actes mais je dois souligner que d’autres problèmes sont permis par Dieu pour briser notre nature charnelle.

Beaucoup de chrétiens veulent récolter ce qu’ils n’ont pas semé ; Ils veulent être bénis dans leurs finances alors qu’ils n’ont rien semé pour l’œuvre de Dieu, les maris veulent que leurs femmes leur obéissent alors qu’ils n’ont pas semé la semence qu’il faut, les femmes veulent que leurs maris les aiment alors qu’elles ont semé la mauvaise semence, les parents veulent que les enfants leur obéissent et sont frustrés du contraire et souvent ils donnent l’impression de ne pas comprendre ce qui se passe et la faute appartient toujours aux autres. D’autres préfèrent blâmer le diable mais la révélation dans tout cela est que le diable n’entre que là où la porte est ouverte. En semant la mauvaise semence, on ouvre la porte au diable. On va entrer dans les détails dans la méditation de demain si Dieu le veut.

En écrivant aux galates, Paul avait remarqué leur désir de récolter de bonnes choses qu’ils n’ont pas semées d’où il leur a dit de ne pas s’y tromper en disant : « Ne vous y trompez pas: on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi » (Gal 6 :7)

Le verset du jour (Matt 7 :12) va plus loin car il dit que le fait de faire aux hommes ce que nous voulons qu’ils fassent pour nous est la loi et les prophètes, ce qui veut dire que c’est une loi établie par Dieu et confirmée par les prophètes. Si tu veux qu’on vienne à ton secours au cas où tu serais dans des problèmes, il faudra commencer à secourir ceux qui sont dans cette même situation. En faisant du bien à ceux qui sont dans le besoin, tu sèmes une semence qui produira du fruit au temps convenable selon la loi établie par Dieu. Le temps convenable pour toi sera quand tu te retrouveras dans la même situation. Comme l’indique le titre de cet enseignement, semer la semence de pratiquer le bien ne suffit pas car la notion du temps est toujours indispensable. Avant de récolter, on passe toujours à travers un test qui n’est rien d’autres que le temps. Celui qui fait le bien par spéculation sans amour se lasse très vite mais celui qui le fait par amour et par respect de Dieu et de sa parole finira toujours par être récompensé tout simplement car c’est la loi et les prophètes.


 

Deux conditions pour récolter (Troisième partie)


Versets du jour à méditer: Ephésiens 5 :22/25 « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l'Église, et s'est livré lui-même pour elle »


Comme je le disais hier, certaines femmes veulent être aimées par leurs maris alors qu’elles ont semé la mauvaise semence. D’un autre côté, certains maris veulent récolter le fruit de soumission de la part de leurs femmes alors qu’ils ont semé la mauvaise semence.

Le principe est très simple : le verset du jour dit que selon le principe biblique, une femme doit être soumise à son mari. La bible ne demande jamais à la femme d’aimer son mari car naturellement les femmes aiment leurs maris mais la soumission est la semence que la femme doit semer. Cette semence ne produira pas l’obéissance de la part du mari mais l’amour. Certaines femmes se lamentent qu’elles ne sont pas suffisamment aimées par leurs maris alors qu’en réalité elles sont victimes de leur mauvaise conduite (mauvaise semence).

Le verset du jour (Eph 5 :22) dit : « Femmes, soyez soumises à vos maris ». Si tu es une femme, chaque parole qui sort de ta bouche, chaque acte que tu poses devant ton mari est une semence et avec le temps elle produira soit de l’amour et de l’attention, soit de la lassitude et parfois même le dégoût de la part de ton mari. A ce moment il sera inutile de jeûner et prier en chassant les démons car la solution du problème se trouverait en toi (ton comportement)…il faudra que tu sèmes une bonne semence c-à-d la soumission qui avec le temps fléchira le cœur de ton mari.

Le verset du jour ne parle pas qu’aux femmes mais il s’adresse également aux hommes : « Maris, aimez vos femmes » (Eph 5 :25). Si tu es un homme marié, chaque acte et chaque parole qui sort de ta bouche est une semence. Naturellement une femme veut se sentir aimée et sans l’amour de son mari elle se sent en insécurité. Elle veut que chaque acte posé pour toi soit remarqué et apprécié. Si en retour tu manifestes continuellement de l’indifférence et parfois de la dureté et de l’égoïsme, tu sèmes une mauvaise semence qui finira par décourager l’obéissance et les bonnes initiatives de ta femme. Inutile de chercher des intercesseurs pour prier pour ta femme car tu es le problème et si le diable l’utilise facilement dans la désobéissance, c’est parce que tu lui as ouvert la porte.

Il en est de même pour nos enfants. La bible demande aux enfants d’obéir aux parents (Eph 6 :1) et leurs parents trouvent beaucoup de plaisir à répéter ce verset à leurs enfants en oubliant qu’ils ont le devoir de semer la bonne semence pour récolter cette obéissance.


 Deux conditions pour récolter (Quatrième partie)


Versets du jour à méditer: Ephésiens 6 :4 « Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur »


Dans la troisième partie, j’ai terminé en disant que les parents trouvent beaucoup de plaisir à répéter aux enfants que la bible leur demande d’obéir aux parents (Eph 6 :1) mais beaucoup de parents ignorent qu’ils ont le devoir de semer une bonne semence avant de récolter une bonne éducation des enfants.

Comme le père est le chef de la famille, le verset du jour s’adresse particulièrement aux pères mais il concerne les parents en général. Il demande aux parents de ne pas irriter leurs enfants. Beaucoup d’enfants sont désobéissants à cause de la manière dont leurs parents les élèvent. Le même verset demande aux parents d’élever leurs enfants en les corrigeant et surtout en les instruisant selon le Seigneur. Un enfant est naturellement très sensible même s’il ne sait pas comment exprimer ce qu’il ressent et si le parent le maltraite ou l’irrite, il récoltera de la révolte et la désobéissance. L’enfant peut faire semblant de t’obéir en faisant tout ce que tu lui ordonnes mais avec le temps une semence est entrain de croître et tu pourras voir les prémices à partir de l’adolescence. A cet âge, l’enfant produit souvent ce qui a été semé en lui depuis son enfance. Si son parent a semé de l’amour et de la compréhension en l’instruisant selon le Seigneur, la moisson ne sera qu’une bénédiction et le diable n’aura pas de place. En passant, je conseille aux parents chrétiens de prendre le temps de prier pour leurs enfants dès leur bas âge car l’éducation ne suffit pas à elle seule pour résister au diable.

Si vous avez un travail, la bible vous demande d’obéir à vos chefs selon la chair comme obéissant à Christ (Eph 6 :5). Pour y arriver, il faut d’abord comprendre que toute autorité vient de Dieu (Rom 13 :1) même si votre chef serait un incroyant. Vous devez lui obéir comme faisant la volonté de Dieu qui l’a établi sur vous. La bible encourage à obéir nos chefs non pas seulement sous leurs yeux, comme pour plaire aux hommes, mais comme des serviteurs de Christ, qui font de bon cœur la volonté de Dieu (Eph 6 :6). Ne faites pas correctement votre travail pour plaire à l’homme (votre chef) mais à Dieu qui est son chef car c’est Dieu qui touchera son cœur et c’est de Lui que vient toute promotion.

Pour terminer, je dois insister sur vous qui êtes des chefs ou avez des domestiques (cuisiniers, bonnes…) chez vous : la bible vous demande de ne pas les menacer et de bien les traiter car vous avez le même maître (au ciel) qui les défendra. Si vous les maltraitez, tôt ou tard vous serez maltraités par votre chef. Paul écrit : « Et vous, maîtres, agissez de même à leur égard, et abstenez-vous de menaces, sachant que leur maître et le vôtre est dans les cieux, et que devant lui il n'y a point d'acception de personnes » (Eph 6 : 9).


 

 Deux conditions pour récolter (Cinquième partie)


Verset du jour à méditer: Luc 6 :38 « Donnez, et il vous sera donné: on versera dans votre sein une bonne mesure, serrée, secouée et qui déborde; car on vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis »


Quand on parle de la loi de semer et de récolter, beaucoup pensent à la semence de l’argent mais si vous avez suivi tout l’enseignement depuis le début de la semaine, vous avez compris que la semence peut être spirituelle ou matérielle. La loi établie par Dieu s’applique dans tous les domaines de la vie y compris les finances raison pour laquelle Paul écrivait : « celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment » (2 Cor 9 :6).

Le verset du jour (Luc 6 :38) nous dit que la bénédiction financière sera mesurée avec la mesure dont on se sera servi. Il commence par : « Donnez, et il vous sera donné… ». On veut tous recevoir mais la condition pour recevoir c’est de donner d’abord. On ne peut pas s’attendre à une grande récolte avec peu de semences.

J’entends souvent des chrétiens réciter par cœur le verset de Philippiens 4 :19 (mon Dieu pourvoira à tous vos besoins selon sa richesse, avec gloire, en Jésus Christ) à chaque fois qu’ils sont face à un problème financier mais le verset s’adresse à une église qui avait beaucoup semé financièrement pour soutenir l’œuvre de Dieu.

Paul écrivait cette promesse de philippiens 4 :19  uniquement l’église de Philippe (ou ceux qui sont comme eux) à cause de leur générosité pour l’œuvre de Dieu. En écrivant cette lettre aux philippiens, Paul les louait en les comparant aux autres églises qui n’ont rien fait pour lui quand il était chez eux et que seuls les philippiens l’assistaient même quand il était dans d’autres villes comme en Thessalonique et qu’il vivait des dons venant des philippiens. C’est comme si un apôtre coréen venait servir Dieu au Burundi pendant deux mois en prêchant l’évangile et guérissant les malades mais qu’il soit entièrement soutenu pour des américains résidant en Amérique. Toutes les bénédictions matérielles liées à cette œuvre se tourneront vers l’Amérique et non au Burundi. Un des problèmes majeurs qui bloquent la bénédiction financière des africains, c'est le fait qu’ils sont toujours dans la position de recevoir et non de donner. Les occidentaux ont déjà compris le secret de la bénédiction financière et ils sont plus motivés à donner qu’à recevoir. Soutenir l’œuvre de Dieu financièrement est une condition pour récolter mais souvenez vous que l’enseignement de la semaine relate deux conditions : En plus de donner, il faut également être capable d’attendre le temps favorable. Beaucoup paient les offrandes et actions de grâce en s’attendant à une solution magique et s’il n’y a pas de réaction immédiate, ils se découragent et finissent par abandonner. Celui qui donne par spéculation se lasse très vite mais celui qui donne par amour et la foi attendra et ne peut jamais abandonner.

 

Deux conditions pour récolter (Sixième partie)


Verset du jour à méditer: Deutéronome 8 :2 « Souviens-toi de tout le chemin que l'Éternel, ton Dieu, t'a fait faire pendant ces quarante années dans le désert, afin de l'humilier et de t'éprouver, pour savoir quelles étaient les dispositions de ton cœur et si tu garderais ou non ses commandements »


J’ai eu ce verset en 1997 juste après une période de 14 mois coupé du monde dans une ville (Lubumbashi) se trouvant à plus de 2 mille kilomètres de mon pays. C’était une période hyper difficile et avant d’y sortir le Saint-Esprit m’a conduit à lire Deutéronome 8 :2.

Dieu avait promis à son peuple un pays où coulent le lait et le miel mais avant d’y arriver, il y’avait un passage obligé : Il fallait qu’ils traversent le désert où ils ne pouvaient ni cultiver, ni labourer mais ils devaient dépendre entièrement de l’Eternel. Il n’y avait pas moyen d’entrer dans la terre promise sans passer à travers le désert.

Accepter de suivre Moïse dans le désert était une semence (première condition) mais cela ne suffisait pas pour récolter la promesse (la terre promise). En plus de l’obéissance, il fallait endurer tous les quarante ans sans murmurer et en gardant la foi dans le Seigneur. Tous ceux qui ont murmuré contre l’Eternel sont morts dans le désert car ils ont raté la deuxième condition qui est le temps.

Dans des croisades, quand il y’a un grand serviteur de Dieu, il arrive que certains demandent à ce qu’il prie pour eux afin de leur transmettre son onction. Certains vont même jusqu'à demander une double onction mais j’aimerais éclaircir une chose : Il n’y a pas de raccourci dans le Seigneur !!! Il ne faut pas espérer avoir l’onction de quelqu’un qui as passé 20 ans dans l’école de Dieu pour en avoir et espérer l’avoir en 2 minutes ! Il y’a toujours un prix à payer mais cela ne veut pas dire que tu dois aussi attendre 20 ans car la durée dépend de ton obéissance ou ta désobéissance. Dieu utilise toujours le temps pour préparer ses ministres.

Quand la mère des fils de Zébédée a demandé à Jésus d’ordonner que ses deux fils soient assis dans son royaume, l’un à sa droite et l’autre à sa gauche, Jésus leur a répondu : « Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? » (Matthieu 20 :22). Par « coupe », Jésus voulait parlait des souffrances qui l’attendaient, raison pour laquelle il disait : « vous ne savez pas ce que vous demandez ». Il est facile d’envier de grands hommes de Dieu vus à l’état final mais si vous voyez tout le chemin qu’ils ont parcouru, vous y réfléchiriez encore.

Prions pour que le Saint-Esprit nous aide à semer la bonne semence et surtout à pouvoir payer le prix qu’il faut en attendant le temps favorable.

Que Dieu vous bénisse

Chris


               
         
               

 

 

© 2017 Chris Ndikumana. All Rights Reserved.

Please publish modules in offcanvas position.