Une prière sincère lundi

(Première partie)

Verset du jour à méditer : Psaumes 145 :18 « L'éternel est près de tous ceux qui l'invoquent, De tous ceux qui l'invoquent avec sincérité »


La prière est le moyen qui nous permet de communiquer avec Dieu. C’est par la même voie que nous recevons toutes les bénédictions et le secours de Dieu.

Pendant toute la semaine, on essaiera de comprendre l’importance et l’impact d’une prière sincère car toutes les prières ne le sont pas. Je dirais même que la plupart des prières adressées à Dieu ne sont pas sincères.

Le verset du jour nous dit que l’Eternel est près de tous ceux qui l’invoquent avec sincérité. Invoquer l’Eternel est une chose mais l’invoquer avec sincérité en est une autre. Ce qui compte devant Dieu n’est pas ce qui sort de notre bouche mais c’est plutôt ce qui sort de notre cœur car Dieu est toujours intéressé par le cœur humain.

L’Eternel a lui-même dit à son serviteur Samuel : « Ne prends point garde à son apparence et à la hauteur de sa taille, car je l'ai rejeté. L'Éternel ne considère pas ce que l'homme considère; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Éternel regarde au cœur » (1 Samuel 16 :7)

A chaque fois qu’on se met à genoux pour prier, Dieu est plus intéressé par l’attitude de notre cœur que la multitude de nos paroles. J’ai déjà lu un livre où un pasteur enseignait qu’il a appris à harmoniser son vocabulaire avec un langage impressionnant et bien soigné pour mieux louer et adorer le Seigneur mais si je considère le verset du jour et le passage que nous venons de lire dans le livre de Samuel, je conclu que le langage ou un meilleur vocabulaire importe peu pour l’Eternel.

Pendant des années, j’étais convaincu que l’efficacité de la prière dépend de sa longueur. Je pouvais passer deux à quatre heures de prières quand j’avais un problème très sérieux dans le but de valoriser ma prière. Avec une telle attitude, je me sentais m’éloigner de Dieu s’il m’arrivait de prier pendant moins d’une heure à tel point que je doutais d’avoir été écouté ou entendu.

La différence entre ma relation avec Dieu et celle de Moïse avec Dieu, est que Moïse adorait uniquement son Dieu mais moi j’adore mon Dieu qui est également mon Père. La relation entre nous et notre Dieu doit être une relation faite dans l’amour et la confiance totale. La relation doit être réciproque et elle ne doit pas être basée sur le matériel ou la satisfaction de nos besoins matériels.

Dans la méditation de demain, on parlera sur la multiplication de paroles pendant la prière.



(Deuxième partie)

Verset du jour à méditer : Matthieu 6 :7 « En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés »


Hier on disait comment Dieu est plus intéressé par ce qui vient du cœur que de la bouche. Il est près de ceux qui l’invoquent et qui l’invoquent sincèrement.

Ce matin on va parler de la multiplication de paroles comme c’est mentionné dans le verset du jour.

Ici Jésus n’a pas empêché aux chrétiens de multiplier les paroles pendant la prière mais il est contre la multiplication de vaines paroles. Les vaines paroles sont des paroles inutiles et sans vie. Certains chrétiens s’imaginent qu’à force de multiplier les paroles ou de prolonger leur prière ils seront exaucés d’où est née ce que j’appelle personnellement « prière de montre ou clock prayer ». C’est une prière qui est programmée d’avance en fonction du temps et la plupart des chrétiens insistent sur une heure minimum, à tel point que si on prie pendant moins d’une heure, on se culpabilise de n’avoir pas fait ce qu’il fallait faire car cela devient une loi et nous savons que la loi doit être obéie comme il se doit.

Dieu ne veut pas les paroles mais Il cherche plutôt la connexion entre son Esprit et le nôtre. Il veut que nous nous humilions devant lui en étant totalement obéissant à sa parole.

La parole de Dieu dit que l’Eternel ne trouve pas du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices mais plutôt dans l’obéissance à sa voix (1 Samuel 15 :22). Les holocaustes et les sacrifices représentent tout ce qu’on peut offrir à l’Eternel pour l’honorer et le glorifier. Dans la bible, la prière est très souvent comparée aux sacrifices. Ce qui compte donc n’est pas la quantité des sacrifices mais la qualité.

La loi privilégie la quantité tandis que la grâce cherche la qualité. Beaucoup d’enfants de Dieu se comportent comme si ils étaient encore sous la loi quand ils s’agit de donner des sacrifices (prières).

Si nous prenons du temps pour prier, il est évident que nous attendons quelque chose de Dieu mais ce que nous oublions souvent, ce que Lui aussi attend quelque chose de nous d’où la relation doit être réciproque.

Dans la méditation de demain, on parlera de la réciprocité dans notre relation quotidienne avec Dieu.



(Troisième partie)

Verset du jour à méditer : 2 Chroniques 5 :13 « et lorsque ceux qui sonnaient des trompettes et ceux qui chantaient, s'unissant d'un même accord pour célébrer et pour louer l'Éternel, firent retentir les trompettes, les cymbales et les autres instruments, et célébrèrent l'Éternel par ces paroles: Car il est bon, car sa miséricorde dure à toujours! en ce moment, la maison, la maison de l'Éternel fut remplie d'une nuée »


Hier on parlait de l’importance de la qualité de la prière qui n’est pas basée sur la multiplication de vaines paroles. On a terminé la méditation en disant que si nous prenons du temps pour prier, nous attendons quelque chose de Dieu mais ce que nous oublions souvent, ce que Lui aussi attend quelque chose de nous d’où la relation doit être réciproque.

Le verset du jour nous parle des cérémonies de la dédicace du temple de Dieu construit par le roi Salomon. Les lévites et les chantres faisaient leurs fonctions et lorsque les chantres se sont unis d’un même accord pour célébrer et louer l’Eternel en retentissant les trompettes et autres instruments, la maison de l’Eternel fut remplie d’une nuée. Nous savons que la nuée est le symbole de la présence de Dieu car même Moïse était guidé par la nuée pendant la journée quand il guidait le peuple de Dieu vers la terre promise.

Le verset suivant(1 Chron 5 :14) est encore plus intéressant car il est dit que les sacrificateurs ne purent pas y rester pour faire le service, à cause de la nuée ; car la gloire de l’Eternel remplissait la maison de Dieu. Cela veut tout simplement dire que l’Eternel était tellement touché par la qualité des louanges qu’Il est descendu pour remplir le temple.

Si un parent aime son enfant, il trouve beaucoup de plaisir à communiquer avec lui. Son amour grandit en fonction de l’obéissance de l’enfant. Aucun parent ne se contentera de donner l’amour, l’attention, et les soins à son enfant si ce dernier ne donne rien en retour. Si c’est le cas, l’amour du parent ne va pas durer.

Dieu cherche une relation réciproque avec Ses enfants et non une relation à sens unique. Toute relation à sens unique ne dure pas et cela est prouvé dans tous les domaines de la vie.

Gardons donc dans notre esprit que Dieu a besoin de nos adorations et louanges aussi longtemps que cela vient du cœur. La confiance et l’obéissance à Sa parole comptent plus que toute autre sacrifice.

Dans la méditation de demain, on parlera de l’utilité du jeûne.

Bonne méditation



(Quatrième partie)

Verset du jour à méditer : 2 Samuel 12 :16 « David pria Dieu pour l'enfant, et jeûna; et quand il rentra, il passa la nuit couché par terre »


Hier on parlait de la réciprocité entre Dieu et Ses enfants et ce qu’il faut comprendre, ce que Dieu est toujours prêt à pourvoir aux besoins de Ses enfants mais Il attend toujours quelque chose d’eux car la relation doit être réciproque.

Dieu n’a pas besoin de notre argent car il en est le propriétaire mais Il veut plutôt la confiance et l’obéissance de notre cœur.

Ce matin, nous allons parler du jeûne car pendant une grande partie de ma vie chrétienne j’avais une fausse conception concernant le jeûne d’où j’aimerais partager avec vous ce que le Seigneur m’a révélé.

Dans l’ancien testament, le jeûne était un signe d’humilité et une façon d’attirer l’attention de Dieu. On s’habillait des sacs et restait dans la cendre sans manger. On était carrément dans le deuil jusqu’à ce que Dieu réponde.

Le verset du jour (2 Sam 12 :16) nous parle de David qui jeûnait dans la prière en refusant de manger et en passant la nuit couché par terre parce qu’il voulait que Dieu guérisse son enfant qui était mourant. Ce n’est qu’après 7 jours de jeûne que l’enfant est mort d’où David a changé de vêtements et a recommencé de manger car il disait : « Maintenant qu'il est mort, pourquoi jeûnerais-je? Puis-je le faire revenir? J'irai vers lui, mais il ne reviendra pas vers moi » (2 Sam 12 :23)

La révélation que j’ai eu du jeûne pour nous qui sommes dans le nouveau testament et qui sommes sensés dépendre de la direction du Saint-Esprit, est que le jeûne permet à notre esprit de se connecter à l’Esprit de Dieu afin de capter nettement sa voix. Dans Matthieu 6 :6, Jésus nous recommande de prier en fermant la porte de la chambre car notre Dieu est dans le lieu secret. En parlant de chambre, Jésus voulait parler de l’écart en se séparant de tout le monde et surtout en concentrant nos pensées vers Dieu. Il arrive qu’on soit seul dans la prière alors que nos pensées sont ailleurs d’où il faut non seulement être dans la chambre (prière), mais il faut également fermer à clé pour que personne ne puisse y accéder.

A part le contact direct avec l’Esprit de Dieu, le jeûne a un autre avantage spirituel…ça développe la maitrise de soi car on parvient à dominer la chair et ne pas céder à ses exigences à tout moment. On ne devrait donc plus jeûner pour impressionner Dieu ou les hommes mais plutôt pour être dans Sa présence.

Demain on continue la méditation sur le jeûne.



(Cinquième partie)

Verset du jour à méditer : Esaïe 30 :15 « Car ainsi a parlé le Seigneur, l'Éternel, le Saint d'Israël: C'est dans la tranquillité et le repos que sera votre salut, C'est dans le calme et la confiance que sera votre force. Mais vous ne l'avez pas voulu! »


Dans la méditation d’hier on parlait de l’importance du jeûne car la plupart des chrétiens prennent la décision de jeûner uniquement quand ils ont des problèmes afin d’attirer l’attention de Dieu pour un secours ou tout simplement pour impressionner Dieu et les hommes. Le but spirituel de jeûner, c’est d’être dans la présence de Dieu en se séparant du monde extérieur afin de découvrir sa volonté.

Parfois il m’arrive de me sentir affaibli spirituellement et je m’enferme pendant quelque jours dans la prière et le jeûne dans le seul but de me ressourcer spirituellement.

Remarquez que j’ai coloré trois mots dans la parole du jour : la tranquillité, le calme et la force. Le Seigneur dit que notre salut se trouve dans la tranquillité et que notre force est dans le calme.

Jésus a dit à la femme samaritaine que notre Père veut les adorateurs qui l’adorent en esprit et en vérité (Jean 4 :23). Même le jeûne que le Seigneur veut est celui qui a un objectif spirituel et non charnel. Le jeûne nous permet d’être dans un état de tranquillité et de repos (mentalement) et surtout d’avoir un esprit calme en évitant toute forme d’agitations et frustrations. La bible ne dit pas qu’en jeûnant on doit s’enfermer car Jésus a dit que quand on jeûne, on ne doit pas le montrer aux hommes mais à Dieu seul, qu’on devrait même parfumer la tête et laver le visage, ce qui veut dire qu’on peut être en contact avec les autres (Matt 6 :17-18) mais selon ma propre expérience, il n’est pas du tout facile de jeûner alors qu’on continue la vie de tous les jours (le travail, l’école…) car une fois que la décision de jeûner est prise, le diable fera tout pour nous déstabiliser et le contact avec le monde est une grande épreuve.

En résumé, le jeûne n’est pas un moyen de forcer la main de Dieu comme c’était le cas dans l’ancien testament, mais c’est le moyen le plus efficace pour dominer la chair et tout obstacle à la voix du Saint-Esprit. C’est également un moyen de se ressourcer spirituellement en connectant notre esprit à celui de Dieu tout en étant dans le calme, le repos et la tranquillité. Le jeûne permet également à Dieu d’accomplir parfaitement Sa volonté sans que la chair s’y oppose.

 


(Sixième partie)

Verset du jour à méditer : Romains 7 :18 « Ce qui est bon, je le sais, n'habite pas en moi, c'est-à-dire dans ma chair: j'ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien »


Hier on parlait du meilleur moyen pour jeûner et ce qu’on peut retenir de cette méditation, c’est que le jeûne ne doit pas être considéré comme un moyen de forcer la main de Dieu mais plutôt le moyen efficace pour dompter la chair afin de capter la voix du Saint-Esprit. On a également conclu que le jeûne permet d’accomplir parfaitement la volonté de Dieu sans que la chair s’y oppose.

Au début de la semaine, on a dit que l’Eternel est près de tous ceux qui l’invoquent avec sincérité et que la prière est le moyen qui nous permet de communiquer avec Dieu car c’est par la même voie que nous recevons toutes les bénédictions et le secours de Dieu. On a conclu que la plupart des prières adressées à Dieu ne sont pas sincères car on n’exprime pas ce qui vient du cœur mais on fait plus attention aux méthodes et à la loi.

Il en est de même pour ce qui concerne la repentance car beaucoup de chrétiens passent une grande partie de leur vie chrétienne dans la culpabilité à cause de leurs péchés de tous les jours. Paul dit dans le verset du jour (Romains 7 :18) qu’il a la volonté mais non le pouvoir de faire le bien.

Le verset qui suit (Romains 7 :19) dit : « Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas » Au lieu de promettre à Dieu qu’on ne fera plus ceci ou cela, on devrait plutôt reconnaître nos faiblesses et compter entièrement sur Sa délivrance car comme Paul le dit, nous avons la volonté mais nos le pouvoir. J’aime beaucoup cette prière sincère de Paul car au verset 24 il dit : « Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort? » Paul est allé jusqu'à se considérer comme un misérable à cause de la chair qui le pousse sans cesse vers le péché mais au verset 25, il a rendu grâce à Dieu car il a reconnu que c’est Lui qui le délivre par Jésus-Christ.

C’est ici que prend fin l’enseignement de la semaine « Une prière sincère » et ce qui est important dans nos prières, c’est d’être nous même et surtout parler à Dieu comme parlant à un Père qui nous aime tant et qui prend soins de nous. Que nos paroles viennent du fond du cœur et surtout reconnaissons nos faiblesses pour qu’Il nous délivre.

Bon week-end

 

               
         
               

 

 

© 2017 Chris Ndikumana. All Rights Reserved.

Please publish modules in offcanvas position.